Renforcer l’autonomie des femmes en milieu rural – Éliminer la faim et la pauvreté

Pour diffusion immédiate
Le 6 mars 2012

La journée internationale de la femme est célébrée partout dans le monde afin de marquer les réalisations économiques, politiques et sociales des femmes. Depuis 1975, le 8 mars, les Nations Unies ont marqué la Journée internationale de la femme.  Au Canada, des événements sont prévus d’un océan à l’autre pour célébrer le rôle crucial que les femmes jouent pour la prospérité du Canada.

« Les femmes qui vivent en milieu rural font preuve d’un esprit novateur qui continue à susciter l’avancement des droits de toutes les personnes au pays, souligne le président de l’ACTS, Morel Caissie. Grâce à leur profonde compréhension de la fragilité de la vie, les femmes dans les collectivités rurales, éloignées et nordiques comprennent de façon unique que la destinée et la prospérité de notre nation sont inextricablement liées à l’égalité des possibilités et à l’entière participation à l’économie, et de manière tout aussi importante, à une vision positive de soi reflétée et respectée dans tous les aspects de la société. »

Comme le fait remarquer Condition féminine Canada, dans les régions rurales et éloignées du pays, les femmes représentent environ 45 % de la population active, mais il existe encore des écarts importants entre la participation à la population active, le taux d’emploi et le revenu des hommes et des femmes. Malheureusement, ces écarts sont encore plus prononcés chez les femmes autochtones, qui composent une large part des populations rurales, éloignées et nordiques.

« Les jeunes filles et les femmes autochtones constituent les populations les plus vulnérables de la société canadienne, comme le montre le fait que le nombre de femmes autochtones manquantes et assassinées a continué de croître durant la dernière décennie », informe M. Caissie.

L’ACTS reconnaît et félicite le gouvernement du Canada pour avoir entériné, en 2010, la Déclaration des Nation Unies sur les droits des peuples autochtones, mais les problèmes continus dus à l’inégalité des femmes autochtones au Canada exigent la prise de mesures.

« Le Canada doit, dans le cadre de vastes consultations menées auprès des femmes et des peuples autochtones, s’engager à élaborer une stratégie nationale visant à étudier la violence continue subie par les femmes partout au pays, précise M. Caissie. Sans cette stratégie, le Canada continuera à échouer complètement à établir un environnement qui confère des pouvoirs aux femmes autochtones afin qu’elles réclament et réalisent leur plein potentiel. »

-30-


Pour plus d’information :
Morel Caissie, MSS, TSI
Président
casw@casw-acts.ca
Tél. : 613-729-6668