Conseil de la fédération - Enquête publique portant sur la disparition et les meurtres de femmes et de jeunes filles autochtones

Le 21 août 2014

Madame Kathleen Wynne, première ministre
Présidente, Conseil de la fédération
Secrétariat du Conseil de la fédération
360, rue Albert, pièce 630
Ottawa ON  K1R 7X7

Madame la Première Ministre,

L'Association canadienne des travailleuses et travailleurs sociaux (ACTS) est une porte-parole nationale de la profession du travail social. Elle est axée sur le renforcement de la profession et milite pour la justice sociale. Cette lettre a deux buts :  le premier, reconnaître que le Conseil de la fédération doit faire preuve de leadership en demandant la tenue d'une enquête publique nationale qui se pencherait sur la disparition et les meurtres de femmes et de filles autochtones au Canada; le deuxième, demander avec insistance au Conseil de continuer de promouvoir et de soutenir l'appel à la nomination d'un commissaire ou d'un défenseur national des enfants.

Les travailleurs sociaux du Canada sont pleinement conscients du racisme culturel qui contribue à perpétuer les inégalités de plus en plus grandes auxquelles sont confrontés les peuples autochtones comparativement à toute autre population au Canada. Voilà plus de deux décennies que l'ACTS demande aux gouvernements fédéraux successifs de nommer un défenseur ou un commissaire national et indépendant chargé d'assurer, qu'au Canada, nos enfants passent en priorité et que leurs droits sont protégés. Nous croyons qu'un défenseur national pourrait influencer le cours des choses pour tous les enfants du Canada, notamment les plus défavorisés.

Malgré les efforts de l'ACTS et d'autres organisations nationales vouées à la protection et au soutien des enfants et des jeunes, incluant le Conseil canadien des défenseurs des enfants et des jeunes, il est triste de constater que le Canada ne dispose toujours pas d'un organisme national indépendant pour assurer que les droits des enfants sont au cœur des politiques sociales et publiques. Il faut que cela change, si l'on veut que le Canada s'attaque aux enjeux structurels qui perpétuent des contextes où les enfants autochtones courent un risque plus grand d'être exploités.

Conséquemment, l'ACTS demande au Conseil de la fédération d'appuyer l'appel à la création d'un commissaire ou d'un défenseur national des enfants, qui serait indépendant, mais qui aurait à rendre compte au Parlement du Canada. Ce commissaire national devrait avoir comme mandat particulier de répondre aux besoins des enfants et des jeunes autochtones et de promouvoir l'équité des services à l'échelle du pays pour tous les enfants du Canada.

L'ACTS prie le Conseil de la fédération de profiter de sa réunion d'août 2014 pour entamer les démarches vers l'élaboration d'une stratégie nationale globale qui contribuera à ce que beaucoup moins d'enfants et de jeunes autochtones soient pris en charge par l'État. À cette fin, l'ACTS s'est employée au cours des dernières années à attirer l'attention sur des investissements équitables et responsables qui influent sur les déterminants sociaux de la santé.

Plus récemment, l'ACTS a publié un document portant sur l'équité sociale, économique et en santé, intitulé Promouvoir l'équité comme fondement de la politique sociale canadienne. Dans ce mémoire, l'ACTS exprime sa très grande préoccupation relative à certaines décisions récentes du gouvernement du Canada, qui minent le filet de sécurité sociale pour l'ensemble des Canadiennes et des Canadiens. On y propose une approche de fédéralisme coordonné, dans le cadre duquel tous les ordres de gouvernement partagent la responsabilité financière et sociale liée à l'élaboration de programmes et on y formule bon nombre de recommandations visant à améliorer l'équité du revenu, sociale et en santé pour toutes les Canadiennes et tous les Canadiens. Il y est notamment proposé d'adopter un système d'analyse comparative pour assurer l'équité des services partout au pays et de créer un cadre de reddition de compte pancanadien pour la prestation de services sociaux, soumis à des conditions semblables à celles que contient la Loi canadienne sur la santé.

Encore une fois, l'ACTS remercie le Conseil de la fédération d'appuyer publiquement l'appel à une enquête publique portant sur la disparition et les meurtres de femmes et de jeunes filles autochtones au Canada et réclame, en outre, que le Conseil appuie la création d'un poste de commissaire ou de défenseur national des enfants. Enfin, l'ACTS remercie le Conseil de la fédération de faire preuve d'ouverture quant aux meilleurs moyens d'aller de l'avant au Canada pour faire en sorte que les enfants et les jeunes reçoivent des services sociaux et un soutien équitables.

L'ACTS attend avec intérêt de prendre connaissance de vos discussions sur ces sujets et de vos appels répétés pour la tenue d'une enquête publique sur la disparition et les meurtres des femmes et de filles autochtones au Canada.


Veuillez agréer l'expression de nos sentiments respectueux.

 

Morel Caissie, M.Serv.Soc., TSI
Président, Association canadienne des travailleuses et travailleurs sociaux (ACTS)