Déclaration sur la nation We’tsuwet’en et engagement envers la réconciliation

 

OTTAWA

Le 18 février 2020

 

Déclaration sur la nation Wet'suwet’en et engagement envers la réconciliation

 

En cette période de réconciliation, le gouvernement du Canada doit fournir le leadership nécessaire pour tenir ses promesses de mettre en œuvre les appels à l’action de la Commission de la vérité et de la réconciliation (CVR) et de l’Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées (ENFFADA).

Si son engagement envers la réconciliation en cours doit être considéré comme authentique et sincère, le Canada ne peut plus prendre part au retrait forcé des membres des Premières nations, des Inuits ou des Métis de leurs terres traditionnelles, non cédées et réservées. La voie de la réconciliation exige le respect total du dialogue, de la discussion et de la résolution de nation à nation.

Les arrestations qui ont eu lieu sur le territoire de la nation Wet'suwet'en ont trahi la confiance et annoncent un moment décisif dans les récents engagements du gouvernement du Canada en faveur de la réconciliation. À partir de ce moment, la manière dont le gouvernement du Canada choisira de procéder définira véritablement son engagement à honorer la réconciliation.

L’Association canadienne des travailleuses et travailleurs sociaux (ACTS) appelle le gouvernement du Canada à respecter les principes directeurs de la Vérité et de la Réconciliation. Plus précisément, le gouvernement du Canada doit tenir compte du principe directeur de la CVR selon lequel « la réconciliation nécessite une volonté politique, un leadership conjoint, l’établissement de la confiance, la responsabilité et la transparence, ainsi qu’un investissement substantiel de ressources ».

-30-