Aide médicale à mourir : centre de référence

En tant qu'association professionnelle nationale, le rôle de l'ACTS s'étend au plaidoyer au niveau fédéral pour l'inclusion et la protection de la profession du travail social en ce qui concerne la nouvelle législation. L'ACTS n'est pas un organisme de réglementation et n'offre pas de renseigments sur la pratique spécifiques à l'aide médicale à mourrir. Pour obtenir des renseignements précis, consultez votre organisme de réglementation provincial.
 
L'ACTS a plaidé pour l'inclusion explicite des travailleurs sociaux dans le Code criminel du Canada sur la question de l'assistance médicale à mourrir. Le Code criminel prévoit maintenant:
“(5.‍1) Il est entendu que ne commet pas d’infraction le travailleur social, le psychologue, le psychiatre, le thérapeute, le médecin, l’infirmier praticien ou tout autre professionnel de la santé qui fournit à une personne des renseignements sur la prestation légitime de l’aide médicale à mourir." 
 
Pour lire notre document de discussion sur l’aide médicale à mourir, cliquez ici.
 
Pour lire le texte intégral du projet de loi C-14, cliquez ici.

En anglais seulement:

To watch a video of CASW's advocacy efforts at the Standing Committee on Justice and Human Rights, or read the written submission making recommendations to ammend the Criminal Code, click here.
 
To view social work guidelines/resources from social work regulatory bodies, see below. Note that not all provincial regulatory bodies have chosen to comment on MAiD; please note that MAiD now a legal health-care option like any other.