Déclaration sur le projet de loi C-8 sur la thérapie de conversion

OTTAWA

11 mars 2020

Déclaration sur le projet de loi C-8 sur la thérapie de conversion

L’Association canadienne de travail social (ACTS) applaudit avec enthousiasme le gouvernement du Canada pour avoir présenté le projet de loi C-8, Loi modifiant le Code criminel (thérapie de conversion).

En outre, l’ACTS demande à parlament et au Sénat du Canada de donner la priorité à la sécurité des enfants et des jeunes en soutenant à l’unanimité et en accélérant l’adoption de cette loi. Pas un seul autre enfant ou jeune au Canada ne devrait subir le préjudice de cette attaque dangereuse et discréditée contre sa personne.  

L’ACTS considère ce projet de loi comme un pas en avant dans la poursuite continue de la justice, des droits de l’homme et du respect de la dignité et de la valeur inhérentes des personnes. L’ACTS tient à remercier le ministre de la Justice et procureur général du Canada et la ministre de la Diversité, de l’Inclusion et de la Jeunesse d’avoir entendu la voix de la profession de travailleur social au cours de ce processus.

En 2018, l’ACTS a publié une prise de position condamnant fermement toutes les formes de thérapie de conversion, définie comme « toute thérapie ayant pour but de réparer ou de convertir l’orientation sexuelle d’un individu, quel que soit son âge ». La thérapie de conversion n’est pas fondée sur des preuves, elle est largement discréditée et cause de grands dommages — en particulier chez les enfants et les jeunes.

L’ACTS est reconnaissante au gouvernement du Canada d’avoir pris l’initiative de présenter ce projet de loi comme étant fondamental pour faire respecter les droits des enfants tels que consacrés par la Convention des Nations Unies relative aux droits de l’enfant.

L’ACTS continuera à faire pression pour un Canada sans thérapie de conversion et à demander aux parlementaires, si des amendements doivent être proposés, que le projet de loi soit élargi pour inclure toutes les personnes sans tenir compte de l’âge ou de tout autre facteur démographique.

Avec ce projet de loi, la législation proposée par le Canada est l’une des plus fortes au monde. La thérapie de conversion n’a pas sa place au Canada.

 

 

-30 -