Joan Cummings

Joan E. Cummings, Ph.D., une travailleuse sociale, une éducatrice, une universitaire et une activiste de la justice sociale très respectée, nous a quittés le 6 février 2012.

Je connaissais Joan depuis plus de 50 ans en raison de notre implication commune dans les secteurs du travail social, de la formation en travail social et du travail communautaire. Il est impossible de résumer en quelques mots le volume et la qualité de son travail, ni son engagement passionné envers l'égalité, la justice sociale et la communauté; je présenterai néanmoins quelques faits saillants de ses réalisations et de ses contributions au travail social. 

Elle a obtenu un diplôme de Dalhousie University, the Maritime School of Social Work avant d'obtenir un doctorat de l'University of Toronto. En 2005, Dalhousie University lui a décerné un doctorat honorifique en droit (LLD) en reconnaissance de ses réalisations exceptionnelles au chapitre de l'enseignement, de l'Entraide universitaire et de son travail scientifique, professionnel et communautaire.

Elle a entamé sa longue et distinguée carrière dans les années 1950 à l'hôpital psychiatrique provincial, où elle est devenue directrice du travail social, de même qu'à la Dalhousie Child Guidance Clinic, où elle a occupé cette même fonction. Au cours de ces années-là, elle a occupé des charges d'enseignement au sein des départements de psychiatrie de la Faculté de médecine et de la Maritime School of Social Work. En 1965, elle s'est jointe au corps professoral de la Maritime School of Social Work (aujourd'hui l'École de travail social de Dalhousie University) où elle est demeurée jusqu'à sa retraite en 1996, après avoir été nommée professeure auxiliaire.

À l'École, la professeure Cummings a occupé des postes d'envergure liés à l'élaboration de programmes d'études; elle a donné un large éventail de cours; elle a supervisé les projets de recherche et les stages de nombreux étudiants deuxième cycle dans bon nombre de contextes différents. Parallèlement, elle s'impliquait pleinement dans les affaires de l'Université, notamment en siégeant sur des comités du Sénat relatifs à la planification académique, à la planification financière, aux installations, à l'administration académique, à la bibliothèque, aux appels étudiants, à l'équité en matière d'emploi, à l'informatisation de l'enseignement, à la titularisation et aux promotions; elle était en outre membre de la Dalhousie Faculty Association.

En plus de son travail à l'École et à l'Université, elle a contribué de manière significative à l'Association canadienne des écoles de service social (aujourd'hui l'Association canadienne pour la formation en travail social), l'organisme responsable de l'enseignement et de l'agrément en matière de travail social au Canada par le truchement de son travail au sein de l'exécutif national, du conseil d'agrément, de comités permanents ainsi que du caucus des femmes et des personnes handicapées. Elle a joué un rôle de chef de file sur les plans local, régional et national dans l'élaboration de programmes d'études en travail social au chapitre de l'inclusion, de l'analyse critique des enjeux liés à la pauvreté, au sexe, à la race, aux handicaps et à l'âge.

Joan Cummings était membre de l'Association professionnelle des travailleurs sociaux depuis qu'elle était étudiante; elle en est devenue membre honoraire à vie en 2007. Elle a occupé des postes éminents dès les débuts de la CASW Halifax Mainland Branch, devenue l'Association des travailleurs sociaux de la Nouvelle-Écosse (ATSNE). En 1963, elle a coprésidé un comité mis sur pied pour rédiger des propositions législatives destinées à assurer l'incorporation de la première association de travailleurs sociaux en Nouvelle-Écosse. Cette même année, elle a été nommée à la première commission d'examen. En 1970, elle a également coprésidé un comité chargé d'étudier les moyens d'élargir la base de membres de l'ATSNE afin d'y inclure les personnes œuvrant dans le domaine du bien-être social, sans posséder de diplôme en travail social. Elle a en outre été membre du conseil provincial et assumé la présidence de divers comités spéciaux chargés de rédiger des mémoires et des énoncés de position sur divers enjeux sociaux. L'ATSNE et l'ACTS on voulu reconnaître ses réalisations et sa contribution à la profession en lui décernant leur Prix d'excellence pour service insigne en 1993.

Joan donnait volontiers de son temps et de ses capacités en œuvrant comme bénévole auprès de nombreuses organisations, dont plusieurs ont éventuellement axé leurs efforts sur l'aide aux personnes handicapées. À titre d'exemple, entre 1972 et 1976, elle a occupé les postes de vice-présidente, présidente et présidente sortante de la Nova Scotia Disabled Persons Commission (DPC). Elle dirigé divers examens des politiques gouvernementales dans le domaine du handicap; elle a arpenté la province avec d'autres membres de la Commission dans le but de rencontrer des personnes handicapées et leurs familles, des fournisseurs de soins, des organismes œuvrant dans le domaine du handicap, des travailleurs de ce domaine, en somme toutes les personnes concernées par les politiques publiques et les services liés aux handicaps.

Dans le cadre de son travail avec le DCP et le milieu des personnes handicapées, elle a dirigé un projet de recherche (le projet NEEDS) ayant pour but de concevoir un cadre global de services à l'intention des personnes handicapées. Jouissant d'un financement fédéral et provincial, ce projet impliquait un partenariat entre les instances gouvernementales, l'Université et les organismes œuvrant auprès des personnes handicapées. Des étudiants en travail social, incluant des étudiants handicapés, ont effectué la recherche et le travail de terrain sur les projets NEEDS et Team Work, un projet complémentaire. Team Work était une coopérative communautaire d'organismes œuvrant dans le domaine du handicap dans le but de créer des possibilités d'emploi. Ces deux projets illustraient bien la forte propension de Joan à combiner des approches universitaires, éducatives, et de développement communautaire dans le but de s'attaquer à divers problèmes personnels et sociaux. En 1998, Joan a reçu le Hourglass Action Award, soulignant ses capacités exceptionnelles de chef de file dans le milieu des personnes handicapées.

Au cours de sa carrière distinguée, Joan Cummings a contribué de manière remarquable à la profession, à l'avancement de la formation en travail social (ce qui à favorisé une compréhension critique de la nature systémique des problèmes personnels et sociaux), et elle a fait avancer la compréhension du handicap. Elle a œuvré à de nombreux niveaux comme militante et défenseure infatigable des personnes handicapées et des personnes défavorisées de tout genre. Rien de cela n'a été facile; rien de cela ne s'est fait sans qu'on s'attaque aux systèmes, aux autorités, aux processus et aux procédures; tout cela était axé sur des changements sociaux progressistes.

Personnellement, j'ai une admiration pour les nombreuses et substantielles réalisations de Joan Cummings, d'autant plus qu'elle a dû surmonter son propre handicap pour y parvenir, en l'occurrence une perte progressive de vision. Je suis en admiration de la force remarquable, du courage, de la persistance, des connaissances et de la sagesse qui lui ont permis de bonifier et d'enrichir le travail social et la formation en travail social et de faire du monde un endroit plus équitable, Beau travail, Joan Cummings, chère collègue et amie!

Joan Gilroy
NSASW Connection, mars 2012