Le service social perd une de ses grandes chefs de file

Le 3 juin, 2008

C’est avec beaucoup de tristesse que l’Association canadienne des travailleuses et travailleurs sociaux (ACTS) annonce le décès de la professeure Gayle Gilchrist James, MSS, TSI, le 30 mai 2008. Gayle et ses réalisations exceptionnelles sont connues partout dans le monde.

Dès les débuts de sa carrière universitaire, Gayle a mis sa grande énergie et ses compétences au service de l’Association des travailleurs sociaux de l’Alberta, aujourd’hui le Collège des travailleurs sociaux de l’Alberta, d'abord comme secrétaire (1974-1977) puis comme présidente (1979-1981). Elle a plus tard été présidente de l’ACTS de 1981 à 1983 et elle été l’un des membres fondateurs de la Fondation canadienne du service social.

Son leadership sur la scène internationale a été couronné lorsqu’elle est devenue la première présidente canadienne de la Fédération internationale des travailleurs sociaux (FITS), poste qu’elle a occupé de 1988 à 1992. Au cours de cette période, elle a présidé à la tenue de deux conférences internationales et fondé la Commission des droits de la personne de la FITS.

Gayle a obtenu son premier diplôme en Alberta avant de compléter un baccalauréat puis une maîtrise en service social à l’Université de Toronto. Ses premières expériences de travail ont été dans le domaine de la santé mentale et en milieu scolaire. En 1975, elle est devenue professeure agrégée à l’Université de Calgary à Edmonton puis, après 1995, à Calgary où ses réalisations universitaires et professionnelles ont inspiré d'innombrables étudiants. En partenariat avec d'autres, elle a été une pionnière d'avant-plan dans l’éclosion du service social international et elle a amené la faculté à s’intéresser tout particulièrement aux déclarations et aux conventions internationales.

Gayle a également fait preuve de leadership et d'innovation dans le cadre de ses activités de service communautaire. Plusieurs organisations ont pu profiter des ses connaissances et de son dévouement au fil des ans, notamment l’Institute of Law Research and Reform, le Conseil canadien du développement social, le Conseil international de l’action sociale, l’Institut canadien de recherche sur le droit et la famille, et le Fonds de Fiducie Dick Weiler. Gayle a été présidente du Conseil national du bien-être social de 1986 à 1989 et elle était la déléguée principale des ONG au sein de la mission de politique sociale du ministre de la Santé et du Bien-être social en République de Chine. Elle était la seule femme et la seule membre d'un ONG au sein de la délégation canadienne participant à la réunion onusienne de 1987 des ministres responsables du bien-être social, le premier rassemblement mondial de ministres et de décideurs à se tenir depuis 1968.

Gayle a reçu de nombreux prix et accolades au fil des ans, chacun reflétant le respect et l’admiration de ses collègues de partout au Canada et dans le monde. Elle a notamment reçu le Pulse of Social Work Lifetime Achievement Award (2008), le Prix d’excellence de la Semaine nationale du service social (2000), le Students’ Union Award of Teaching Excellence (1995) et le Prix d'excellence de l’ACTS pour service national (1992).

Nous nous souviendrons de Gayle comme d’une travailleuse sociale engagée et comme d'une conférencière inspirante qui parvenait toujours à motiver ses collègues et à générer chez eux l’enthousiasme nécessaire pour les amener à s’impliquer et à promouvoir l’excellence au sein de la profession.

Eugenia Repetur Moreno, M.S.S., (équiv.), TSI

Directrice générale