L'Acte d’écrire de manière éthique

Sujet(s)

Webinar Presenters

Penelopia Iancu, Ph.D.

 

Penelopia Iancu, Ph.D., professeure, École de travail social, Université de Moncton. Elle s’intéresse aux enjeux éthiques de la documentation, à la résolution créative de problèmes complexes et flous, aux services pour les familles avec des enfants ayant des problèmes de santé mentale et à la collaboration interprofessionnelle.

Isabel Lanteigne, doctorante

 

Isabel Lanteigne, doctorante, professeure, École de travail social, Université de Moncton, membre de l’ATSNB (TSI). Elle s’intéresse à l’intervention de groupe, aux enjeux éthiques de la documentation, à la collaboration interprofessionnelle, aux stages internationaux et aux femmes en situation de pauvreté.

Hélène Albert, Ph. D.

 

Hélène Albert, Ph. D., professeure, École de travail social, Université de Moncton. Elle s’intéresse à la protection de l’enfance, aux femmes en situation de pauvreté, aux populations autochtones, à la collaboration interprofessionnelles et aux enjeux éthiques du travail social.

Martine Paquet, BTS, TSI
Modératrice
ATSNB

Martine Paquet est Registraire de l'Association des travailleurs sociaux du Nouveau-Brunswick.

 

Description

Ce webinaire porte sur les enjeux éthiques liés à la tenue de dossiers dans la pratique professionnelle, dans une démarche qui tient compte des valeurs du travail social. Il présente des repères historiques en lien avec la tenue de dossiers et certains défis rencontrés par les travailleuses sociales dans l’exercice de la pratique quant à l’acte d’écrire, au contenu des dossiers et à la dimension temporelle liée à la rédaction. Le webinaire se penche aussi sur des conséquences déontologiques de la documentation avant d’identifier des pistes de solution et des retombées pour la pratique. Pour conclure, les auteures soulèvent l’importance de considérer l’écriture comme une action profondément éthique qui se situe au carrefour de la théorie, de la pratique et des valeurs de la profession, action qui convie également les travailleurs sociaux à documenter dans un souci de bienfaisance et de non-malfaisance.